Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 12:41

123456.JPG

Tunisie: Bourguiba réhabilité ?


La presse tunisienne commémorait aujourd'hui la mort du "père de l'indépendance" Habib Bourguiba, décédé il y a 12 ans, saluant à l'unisson un personnage "visionnaire" en dépit de son legs controversé. 

"Bourguiba est mort, vive la modernité", titre le quotidien francophone La Presse, tandis que les quotidiens arabophones Chourouk et le Maghreb évoquent en une "le retour du bourguibisme". "Un homme d'Etat qui a lutté contre l'ignorance et la pauvreté", titre pour sa part le quotidien Essabah, avant d'introduire des "mais..."


Premier président après l'indépendance en 1956, Habib Bourguiba avait été déposé en novembre 1987 par Zine El Abidine Ben Ali, son premier ministre à l'époque et est décédé le 6 avril 2000. Il est considéré comme le père de la Tunisie moderne mais aussi comme un despote, voire un dictateur.

"Certes, la démocratie n'était pas son fort et son règne a été un véritable one man show. Mais il a conduit une véritable révolution sociale de modernisation (...) avec des victimes aussi, des traitements musclés, de la torture et quelques assassinats politiques", résume un éditorial de La Presse. "Ce qui est acquis désormais, c'est que le premier président de la République tunisienne ne laisse personne indifférent", ajoute le quotidien.

"Bourguiba était un héros"

Le président de la République Moncef Marzouki s'est rendu ce matin à Monastir (centre-est), la ville natale de Bourguiba, pour se recueillir sur la tombe de l'ancien leader avec des proches et des notables locaux. Ancien opposant à Bourguiba, M. Marzouki avait tenu à rendre un dernier hommage à Bourguiba le jour de sa mort, alors que la plupart des Tunisiens furent privés des images de ses funérailles par le régime de Ben Ali. La foule s'est invitée sur l'esplanade du mausolée au dôme doré, qui comprend un musée exposant les ouvrages, habits, photos et documents personnels de Bourguiba.

M. Marzouki a déclaré que "le peuple tunisien a réhabilité le leader Habib Bourguiba après le 14 janvier", date de la chute de Ben Ali, qui a traité son successeur en reclus vivant sous surveillance jusqu'à la fin de ses jours. Il s'est déclaré pour une réécriture "objective" de l'histoire de la Tunisie qui doit reconnaître "tous ceux qui se sont sacrifiés pour l'indépendance" et dont le rôle a été occulté, notamment les partisans de Salah Ben Youssef, leader nationaliste assassiné.

"Bourguiba était un héros. Il n'était pas un homme de clan, personne ne doit instrumentaliser son image et son legs, il n'avait de vrai parti que le peuple", a déclaré à la presse Hajer sa fille adoptive, candidate malheureuse à Monastir aux premières élections post-révolution du 23 octobre.

Plusieurs responsables politiques tunisiens se réclament désormais de la "pensée bourguibienne" et un grand meeting avait réuni fin mars à Monastir des milliers de personnalités, dont l'ancien Premier ministre Béji Caïd Essebsi, qui tente de fédérer plusieurs partis pour former une opposition crédible face à la majorité dominée par les islamistes d'Ennahda.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens