Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 09:13

hobi.jpg

Par TF1 News (Avec agences),  

 

Les deux pays où le régime est déjà tombé restaient en proie à la colère populaire vendredi. Au Yémen, des prières collectives appellent aussi à la chute du régime. En Jordanie, des milliers de personnes demandent des "réformes constitutionnelles".

 

 

 

Outre la révolution populaire libyenne qui semblait se rapprocher de la capitale Tripoli vendredi, la situation s'est également radicalisée dans d'autres pays arabes, notamment au Yémen, à Bahrein  et en Jordanie. En Egypte et en Tunisie, où le régime est déjà tombé, la contestation se poursuit. Voici le point sur "le printemps arabe", pays par pays.

  • Libye : manifestations anti-Kadhafi réprimées à Tripoli

    Des manifestations ont lieu ce vendredi dans la capitale libyenne, restée relativement calme jusqu'à présent. Les forces de l'ordre auraient tiré sur la foule, faisant plusieurs morts.

    Publié le 25/02/2011 Libye : manifestations anti-Kadhafi réprimées à Tripoli
  • Libye : à leur tour, les ambassadeurs à Paris lâchent Kadhafi

    L'ambassadeur de Libye en France, et l'ambassadeur auprès de l'Unesco, à Paris, ont tous deux démissionné pour marquer leur soutien à la révolte. Une annonce qui intervient alors que des opposants occupent l'ambassade de Libye à Paris, et ont menacé d'un suicide collectif si la police intervient.

    Publié le 25/02/2011 Libye : à leur tour, les ambassadeurs à Paris lâchent Kadhafi
  • Que peut faire la justice internationale contre Kadhafi ?

    <b> Décodage -</b> Une procédure contre le dirigeant libyen devant la Cour pénale internationale sera très longue. Surtout, s'il reste en place à Tripoli, il pourrait se retrouver une situation analogue à celle de son homologue soudanais Omar el-Béchir, dont le mandat d'arrêt ne peut être appliqué aussi longtemps qu'il ne se rend pas dans un pays lié à l'institution.

    Publié le 25/02/2011 Que peut faire la justice internationale contre Kadhafi ?
  • Libye : l'ONU veut accroître la pression sur Kadhafi

    Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunit ce vendredi pour discuter de la crise pour étudier des projets de sanctions. Parallèlement, la Libye pourrait se voir exclue du Conseil des droits de l'homme, dont elle est membre depuis l'an dernier.

    Publié le 25/02/2011 Libye : l'ONU veut accroître la pression sur Kadhafi
  • De Bahreïn au Yémen, la protestation ne baisse pas

    A Bahreïn, une nouvelle manifestation, calme, a eu lieu ce mardi. Au Yémen, des affrontements ont dégénéré.

      De Bahreïn au Yémen, la protestation ne baisse pas

  • Libye : manifestations anti-Kadhafi réprimées à Tripoli

     

    Des manifestations ont lieu ce vendredi dans la capitale libyenne, restée relativement calme jusqu'à présent. Les forces de l'ordre auraient tiré sur la foule, faisant plusieurs morts.

  • Libye : à leur tour, les ambassadeurs à Paris lâchent Kadhafi

    L'ambassadeur de Libye en France, et l'ambassadeur auprès de l'Unesco, à Paris, ont tous deux démissionné pour marquer leur soutien à la révolte. Une annonce qui intervient alors que des opposants occupent l'ambassade de Libye à Paris, et ont menacé d'un suicide collectif si la police intervient.

  • Que peut faire la justice internationale contre Kadhafi ?

     

    <b> Décodage -</b> Une procédure contre le dirigeant libyen devant la Cour pénale internationale sera très longue. Surtout, s'il reste en place à Tripoli, il pourrait se retrouver une situation analogue à celle de son homologue soudanais Omar el-Béchir, dont le mandat d'arrêt ne peut être appliqué aussi longtemps qu'il ne se rend pas dans un pays lié à l'institution.

 


Egypte place Tahrir Le Caire Hosni MoubarakLa Place Tahrir, au Caire, le 18 février 2011 © AFP

 

Egypte: plusieurs milliers de manifestants place Tahrir
  
Des milliers d'Egyptiens se sont rassemblés vendredi place Tahrir au Caire pour célébrer la "révolution" mais aussi pour réclamer un nouveau gouvernement composé de technocrates, 15 jours après la démission sous la pression populaire du président Hosni Moubarak.
 
Plusieurs milliers de personnes, dont beaucoup agitaient des drapeaux égyptiens, se sont réunies dans une ambiance de fête sur cette place devenue le symbole de la révolte après son occupation jour et nuit par les manifestants. "Le gouvernement de Chafic est inféodé au régime corrompu", proclamait une pancarte, tandis que des manifestants exigeaient le départ du Premier ministre Ahmad Chafic et de son gouvernement et leur remplacement par des technocrates. Le nouveau gouvernement remanié mercredi compte toujours quelques figures (affaires étrangères, défense) de l'ère Moubarak. Les manifestants réclament également la suppression des très redoutés services de sécurité d'Etat.

 

Tunis: des milliers de manifestants réclament le départ du gouvernement
  
Plusieurs dizaines de milliers de Tunisiens, majoritairement des étudiants, manifestaient vendredi à Tunis, devant la Kasbah, épicentre de la contestation, pour réclamer le départ du gouvernement de transition dirigé par Mohammed Ghannouchi. Un policier sur place a même avancé le chiffre de "plus de 100.000 manifestants" et son estimation a été partagée par d'autres policiers tandis que des hélicoptères de l'armée survolaient cette zone. Selon des membres du Croissant-Rouge et des manifestants, il "s'agit de la plus grande manifestation depuis la chute de Ben Ali" le 14 janvier. 

 
Yémen : prières collectives au Yémen pour la chute du régime, un mort dans des affrontements
  
Des dizaines de milliers de Yéménites ont participé vendredi à des prières collectives dans plusieurs villes du pays pour demander la chute du régime du président Ali Abdallah Saleh.
 
A Aden, principale ville du sud, des milliers de personnes ont participé à une marche qui s'est tout d'abord déroulée pacifiquement. Des affrontements avec les forces de la police ont ensuite dégénéré et ont fait au moins un mort.

Dans la capitale Sanaa, une foule nombreuse s'est pressée pour la prière hebdomadaire sur une place située devant l'université où campent depuis plusieurs jours des manifestants. Les manifestants ont baptisé la journée de protestation "vendredi du début de la fin du régime" en criant "pas de dialogue avec le gouvernement et pas de solution sans chute du régime".

A Taez, au sud de Sanaa, une prière similaire a été organisée et la foule a ensuite participé aux funérailles d'un manifestant tué la semaine dernière par un jet de grenade attribué aux partisans du régime.
 
Bahreïn: maintien de la mobilisation, Mullen encourage le dialogue
  
Les manifestants à Bahreïn ont maintenu leur pression sur le régime vendredi, et le plus haut gradé américain en visite à Manama a encouragé les "changements" engagés par la monarchie.
 
Preuve de la haute tension qui règne dans le royaume, l'amiral américain Mike Mullen, chef d'état-major interarmées, en tournée dans le Golfe depuis le 20 février, a rencontré jeudi soir le roi Hamad ben Issa Al-Khalifa et le prince héritier, Salman ben Hamad Al-Khalifa, avant de partir vendredi pour le Koweït.
 
Sur la place de la Perle dans le centre de capitale bahreinie, épicentre de la contestation qui est entrée dans sa douzième journée, des centaines de manifestants qui campent sur place, agitaient des drapeaux bahreïnis, rouge et blanc et exigeaient le départ du régime en place. Mais, après des violences meurtrières qui ont fait 7 victimes, les forces de sécurité se sont retirées sur ordre du prince héritier, chargé par son père de conduire un dialogue national avec l'opposition.

Jordanie: des milliers de personnes manifestent pour des réformes

Des milliers de personnes ont manifesté vendredi à Amman pour "des réformes constitutionnelles", soit le plus grand rassemblement dans la capitale depuis le déclenchement du mouvement de contestation en Jordanie en janvier. Contrairement à vendredi dernier, où des partisans du régime avaient attaqué les manifestants, le rassemblement s'est déroulé dans le calme.

Irak: sept morts à Mossoul

Sept personnes ont été tuées dans des heurts avec la police, au moment où des milliers d'Irakiens étaient descendus dans les rues pour une "Journée de colère" contre le gouvernement. Des affrontements ont éclaté à Hawija, au nord de Bagdad, et à Mossoul (nord), où sept manifestants ont été tués par balles, selon la police. 

Quelque 5.000 manifestants étaient rassemblés place Tahrir à Bagdad. Certains ont jeté des pierres, des chaussures et bouteilles en plastique vides sur les forces anti-émeutes bloquant le pont Al-Joumhouriya.

Par TF1 News

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens