Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 10:20

Tunisie : Mohamed Abbou, le ministre qui veut nettoyer l’Administration, au Karcher des soupçons.
AfricanManager

Réunissant ce vendredi 13 avril 2012 les journalistes pour le traditionnel point de presse au siège du gouvernement à la Kasbah, le ministre de la réforme administrative et avocat de formation, Mohamed Abbou vient d’inventer une nouvelle méthode pour réformer une administration contre laquelle il semble avoir manifestement une dent !

«Nous allons éloigner les gens qui sont notoirement suspects, ou connus pour leur corruption ainsi que ceux pour lesquels les preuves de corruption existent », annonce sans ambages le ministre CPR qui ajoute que «nous avons déjà effectué des changements administratifs pour éviter ces personnes suspectes. Nous avons reçu des réactions suite à cette décision, mais nous allons poursuivre l’assainissement du département. Une liste est en train d’être constituée». Essayant certainement de paraître juste, le ministre annonce que «ceux qui font l’objet de soupçons seront traduits devant les conseils de disciplines et ceux dont les preuves de corruption sont déjà faites, seront traduits en justice», menace -t-il.

Manifestement donc, les fonctionnaires de l’Etat, cadres et employés de l’Administration tunisienne, deviennent l’arme «de destruction massive » de Mohamed Abbou pour « réformer l’administration tunisienne, fortement critiquées », par les nouveaux gouvernants de la Tunisie de l’après Ben Ali pour sa corruption et la malversation sous le règne de Ben Ali et ses proches.

M. Abbou prend son Karcher partisan à deux mains !

A moins que ce ne soit une nouvelle stratégie pour détourner l’attention des Tunisiens de toute la polémique qui focalise leur attention sur les évènements du 9 avril, l’annonce prend l’air d’une nouvelle et dangereuse dérive de l’action du gouvernement de Hammadi Jbali, même s’il est faut de dire que l’Administration tunisienne est complètement saine.

Pour l’homme de loi qu’est l’avocat Mohamed Abbou, ministre de la réforme, cette mesure vise, tel qu’il l’a annoncé devant la presse, à «instaurer une administration qui respecte la loi, l’égalité entre les citoyens, l’égalité des chances pour les candidats qui aspirent à la fonction publique ». Plus précis, le ministre de la réforme administrative et qui c’était illustré par sa menace de démissionner si on ne le laisser pas faire ce pourquoi il avait été nommé, ajoute que «la priorité pour l’instant sera donnée aux compétences».

Une simple lecture de l’historique de la compétence telle que définie dans les différentes nominations du gouvernement de la troïka, démontre cependant que l’annonce du ministre Abbou ressemble à ne pas s’y méprendre, à une nouvelle invention pour dégager de la place aux proches politiques de la même troïka, dans la nouvelle administration où la fidélité remplacera le droit et les compétences. Le ministre semble cependant déjà avoir la réponse. Il estime pour sa part, que «la garantie de la neutralité de l’administration est une question qui dépasse les textes juridiques ». Plus cynique encore, celui qui semble vouloir nettoyer l’Administration et la Fonction publique au Karcher [Ce mot avait failli coûter son poste au président français], ajoute que «cette question s’impose comme une prise de conscience des fonctionnaires de l’importance de leur rôle dans la défense de leur neutralité et de leur indépendance et d’une conscience de la nécessité de tenir l’administration loin des rivalités partisanes», avant d’ajouter , encore plus effronté que «nous voulons instaurer maintenant une administration qui respecte la loi, l’égalité entre les citoyens, l’égalité des chances pour les candidats qui aspirent à la fonction publique. Et c’est dans ce domaine que nous voulons nous distinguer nettement de l’administration telle qu’elle était sous la dictature». Le Karcher, en l’occurrence dans ce cas, est le simple soupçon !

Bientôt publication des déclarations de patrimoine des ministres.

Parlant ensuite des déclarations de patrimoine des ministres et des hauts fonctionnaires, le ministre a indiqué qu’elles seront prochainement publiées. A cela s’ajoutera, la diffusion de la liste des services administratifs, les noms des responsables et leurs fonctions, ainsi que les noms des responsables de l’information dans chaque administration, la publication des les budgets détaillés de tous les organismes publics, annonce encore le ministre Abbou.

Pour la question du recrutement dans la fonction publique, Mohamed Abbou persiste et signe, face à la position syndicale et précise que l’âge et l’ancienneté de la demande, ne seront pas les critères de base des prochains recrutements. A ce propos, il a insisté sur le fait de ne faire rentrer dans l’administration tunisienne, que les compétences. Au cours du mois d’avril 2012, plusieurs concours seront annoncés dans la fonction publique, a prévu Abbou. Mohamed Abbou a aussi évoqué, dans son point de presse, la participation des fonctionnaires au questionnaire sur la réforme de l’horaire administratif, et indiqué qu’elle reste encore timide avec seulement 8.200 participants, ce qui explique, à bien le comprendre, l’indécision de son département à ce propos.

Nadia Ben Tamansourt

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens