Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 08:51

http://s3.amazonaws.com/files.posterous.com/24sur24/xOyNbqFCBfOOmfxWvccZAITK0ZC4E9olbWrW8X7oYjnU9Z2R93EQB8FudmVz/RCD_Degage.gif?AWSAccessKeyId=AKIAJFZAE65UYRT34AOQ&Expires=1298707135&Signature=8jebVjB8riZPwt4oBKCQEs8y3pw%3D

 

le recyclage du parti politique tunisien : le R.C.D. dans l'avenir politique en Tunisie,  après la révolution du 14 janvier 2011..

Auteur : Mounir BEN AICHA

La dissolution prochaine du parti politique tunisien le R.C.D. a été programmée dès le 17 janvier 2011 afin de permettre aux adhérents du R.C.D. dont le nombre avoisine les 2 Millions, de se convertir en adhérant dans les nouveaux partis politiques nouvellement crées et dont certains ont été légalisés en janvier et février 2011.
Aujourd'hui, si l'Ex-Président dictateur est parti, il n'en demeure pas moins que son idéologie politique continue à fonctionner encore à travers tous les 2 millions de militants et les conseillers du R.C.D. dont certains sont de nos jours très influents tels que certains tn universitaires particulièrement ceux du Droit Public, certains Avocats d'appartenance R.C.D., certains syndicalistes R.C.D., certains médecins, Commissaire de police et de gendarmerie, Ambassadeurs et Consuls, Gouverneurs, Délégués et Omda, Maires et Conseillers Municipaux; députés et conseillers, Doyens des Universités, Directeurs des écoles, des Lycées, des Universités, les gardés militaires,fonctionnaires des Ministères, etc...
Depuis le 14 janvier 2011, la tendance de Mohamed GHANNOUCHI et de Fouad M'BAZZAA ainsi que du bureau politique du R.C.D. est de créer de nouveaux partis politiques pour permettre à ces 2 millions d'adhérents du R.C.D. de pouvoir se recycler en s'infiltrant par la voix de l'adhésion dans ces nouveaux partis politiques. Ainsi, ces 2 millions d'adhérents vont progressivement récupérer ces nouveaux partis politiques en leur imposant progressivement leur idéologie politique bénaliste tout en se déguisant à travers de nouveaux habits... Ces nouveaux partis politiques tunisiens qui seront récupérés par l'idéologie bénaliste par le biais des adhérents du R.C.D. vont tendre vers la politique de la coalition des partis politiques lors des élections prochaines en tunisie, présidentielles, législatives et municipales pour défendre et préserver leur idéal politique.
C'est dans ce cadre d'ailleurs que dès le 17 janvier 2011, le Premier ministre Mohamed GHANNOUCHI avait affirmé que l’ensemble des partis politiques anciens et en cours de création seront reconnus en Tunisie. Toutefois, pour être légalisés, ils doivent déposer une demande d’agrément auprès du Ministère de l’intérieur tunisien et recevoir de ce Ministère l’Agrément d’activité. La légalisation des partis politiques sous le Gouvernement de Mohamed GHANNOUCHI a rejeté de facto le Parti islamique d’ENNAHDHA de Rached GHANNOUCHI et du Parti du Congrès pour la République (C.P.R.) de Moncef  MARZOUGUI en raison du fait que ces deux Partis n’ont pas voulu reconnaître la légitimité du Premier Ministre tunisien GHANNOUCHI et son Président par intérim F.M’BAZZAA. Pour ENNAHDHA, malgré les assouplissements donnés par Rached GHANNOUCHI à l’égard du nouveau Gouvernement de Mohamed GHANNOUCHI, la consigne a été donnée pour lui refuser tout agrément !
Une consigne a été arrêtée secrètement par le bureau politique et les Membres du Comité Central du R.C.D. et reprise par le Gouvernement actuel de Mohamed GHANNOUCHI est de procéder à la légalisation de nouveaux partis politiques en majorité centristes ou de gauches ou des  pro-arabes, se proclamant d’une laïcité anti-islamique allant à l’encontre du parti «ENNAHDHA ». Aujourd’hui, environ 18 partis politiques tunisiens ont été crées et un grand nombre parmi eux a été légalisé : ce qui constitue une inflation de Partis politiques laissant croire à une véritable démocratie en Tunisie. Mais en réalité, ces nouveaux Partis politiques ont été crées pour recueillir les anciens militants du R.C.D. qui vont se convertir en raison de la dissolution prochaine du Parti du R.C.D. On assiste en Tunisie à une inflation de partis politiques nouvellement constitués dont le nombre dépasse le nombre des partis politiques en France !
Voici le paysage actuel des partis politiques en Tunisie :
1- : Les partis politiques légalisés au temps du règne de BEN ALI et qui ont par le passé soutenu le régime de BEN ALI et qui continuent aujourd’hui à siéger dans la Chambre des Députés et dans la chambre des Conseillers sont les suivants : le R.C.D., le Mouvement des Démocrates Socialistes, le Parti de l’Unité Populaire, le Parti d’Union Démocratique Unioniste, le Parti du Mouvement ETTAJDID, le parti Social Libéral, le Parti des Verts pour le Progrès.
2- :  Les partis politiques légalisés au temps du règne de BEN ALI mais qui ne siègent pas dans la Chambre des Députés et dans la Chambre des Conseillers sont les suivants : le Parti des Démocrates Progressistes, le Parti du Forum Démocratique Pour le Travail et des Libertés.
 3- :  Depuis le 14 janvier 2011, voici les partis anciennement crées du temps du règne de BEN ALI et qui ont été nouvellement légalisés : le Parti Tunisie Verte qui a été constitué en 2004 mais qui n’a reçu la légalisation du Ministère de l’intérieur que le 17 janvier 2004, le Parti Communiste des Ouvriers de Tunisie créés du temps du régime de BEN ALI n’a a reçu l’agrément d’activité que le 20 janvier 2004.
4-  : En revanche, le Parti d’ENNAHDHA et le Parti du Congrès pour la République de Moncef MARZOUGUI ainsi que le Hizb Ut-Tahrir, bien qu’ils ont été créés du temps du régime de BEN ALI, jusqu’à ce jour ces trois Partis politiques n’ont pas reçu l’agrément d’activité.
5- :  Depuis le 14 janvier 2011, voici les partis politiques qui ont été récemment constitués et qui n’ont pas encore reçu l’agrément d’activité : i l s’agissait du Parti Socialiste de Gauche, le Parti BASS de tendance irakienne, le Mouvement Nassérien Progressiste, le Parti EL-WIFAK, le Parti du Travail Patriotique et Démocratique, le Parti du Mouvement Démocrate Tunisien, le parti du Mouvement néo-bourguibiste, le Parti « El Watan », le Parti Progressiste Républicain, le Parti de la Justice et du Progrès (adala wa tanmiya) qui est un Parti Islamique mais a été constitué pour faire barrage au Parti d’ENNAHDHA.
6- :  Actuellement, à ce jour du 23 février 2011, on compte 24 partis politiques qui ont été constitués en Tunisie dont 11 Partis ont déjà obtenu l’agrément d’activité. Il est à prévoir parmi ces 11 partis légalisés, la dissolution prochaine du R.C.D. ramenant le nombre à 10 partis légalisés.

En conclusion, si le parti politique tunisien le R.C.D. va être prochainement dissous, il est à prévoir que son idéologie politique va ressurgir au sein de la majorité des nouveaux politiques récemment constitués et légalisés en Tunisie. Ces nouveaux partis politiques vont tendre vers la coalition particulièrement à l'occasion des élections présidentielles et législatives pour défendre les candidats qui leur soient les plus proches politiquement.
Mounir BEN AICHA
fait le 25 février 2011.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens