Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 15:27

L’agonie tourmentée du progrès

par Fethi GHARBI

L’homme moderne est l’esclave de la modernité: il n’est point de progrès qui ne tourne pas à sa plus complète servitude.
Paul Valéry
       

OrdreLa crise à laquelle nous faisons face aujourd’hui est au-delà de sa composante économique une crise de civilisation. En effet, depuis quelques années le capitalisme semble engager un combat insensé. La crise financière de 2008 a constitué la preuve irréfutable que cette divinité factice appelée capital était dans l’incapacité de se reproduire automatiquement et de créer de la valeur par elle-même . Si la plupart des économistes s’accordent sur le fait que le système s’est totalement grippé depuis les années soixante dix, certains considèrent que la financiarisation de l’économie ne constitue qu’un combat d’arrière garde, un palliatif servant à prolonger artificiellement la vie d’un mode de production en complète décomposition. Cependant, un bon nombre de penseurs voient le phénomène sous un autre angle. Pour eux la généralisation de la spéculation financière constitue un système subtil de transfert massif du capital par le biais de la dette. Dans l’incapacité de se reproduire, le capital joue son va-tout et lance un hold-up à l’échelle mondiale pour s’accaparer de l’ensemble des biens publics et privés. C’est cette fuite en avant qui depuis deux décennies plonge l’hyperclasse dans une paraphrénie fantastique, un délire mégalomaniaque fait d’obsession accumulatrice et de tentation totalitaire.

Voila que le système s’affole de nouveau. Des relents fascistes emplissent de plus en plus l’atmosphère et nous replongent dans le cauchemar des années trente. Voila qu’encore une fois un avatar de l’utopisme totalitaire né des Lumières envahit la planète. A l’image du jacobinisme ou encore du nazisme, le néoconservatisme s’inscrit dans une pensée chiliaste. Il se croit  ainsi investi d’une mission universelle qui assurera à l’humanité paix et prospérité au terme d’une bataille apocalyptique contre les forces du mal. Presque tous les philosophes de l’histoire du 19ème siècle ont succombé au charme de cette marche triomphaliste de l’histoire sous la férule de l’homme blanc. Marx et Engels se sont laissé prendre eux aussi au piège  de la mission civilisatrice d’un Occident impérialiste, considérant que le colonialisme permettait aux sociétés précapitalistes de sortir de leur inertie et de rejoindre l’histoire. On ne peut qu’être scandalisé par la teneur des écrits d’Engels à propos de la guerre coloniale menée contre l’Algérie de l’émir Abdelkader. Son discours n’avait rien à envier aux thèses racistes d’un Gobineau. Il faut cependant rendre justice à Marx qui à la fin de sa vie a complètement changé de point de vue et s’est élevé contre la barbarie du colonialisme. Toutefois, cette prétention à vouloir réaliser la fin de l’Histoire dans l’Histoire en en forçant le sens, a pris des formes terrifiantes et a produit les pires des totalitarismes tout au long du XXème siècle. Le rationalisme né des Lumières, en substituant la transcendance de la raison à la transcendance du divin, a fini par édifier à son tour sa propre Église. Nietzsche fustigeait déjà toutes ces « religions de substitution » que sont le culte de l’État, l’adoration de l’Histoire et la religion de la science. Délivré du joug de l’église, le sujet au lieu de se libérer tombe dans l’auto-adoration avec ses différentes manifestations : individualiste, anthropocentriste, nationaliste et ethnocentriste. C’est cet égo démesuré s’appuyant sur une avancée technique de l’Europe qui alimentera toutes les formes de spoliations, d’exactions et de mépris exercés contre le reste de l’humanité et qui atteint aujourd’hui son stade paroxystique. La pensée européenne reste dominée dans toutes ses nuances par ce rationalisme subjectif et égocentré. L’authenticité allemande si chère à Thomas Mann ou à Oswald Spengler et la modernité conquérante romane et anglo-saxonne étaient malgré leur divergences prises dans le tourbillon de cette même auto-adoration. Il est à remarquer cependant que la thématique de « l’authenticité » totalement disparue pendant la guerre froide refait aujourd’hui surface même dans des pays à tradition universaliste tels que la France. Elle ne cesse de se propager en réaction à l’agressivité du mondialisme unipolaire anglo-saxon.

 

Ayant conquis son statut démiurgique, l’homme blanc guidera et s’il le faut traînera les humains vers cette fin heureuse et sécularisée de l’histoire. C’est le mythe du progrès, érigé en dogme, qui va constituer le moteur de ce mouvement linéaire de l’histoire. Pierre angulaire de l’édifice de la modernité, le progrès entame une chevauchée éperdue, à la poursuite d’un futur plein de promesses mais irrémédiablement insaisissable. Or ce mirage enivrant n’est en réalité que la figure euphémique de « la croissance à l’infini » nécessaire à la survie de l’économie de marché. C’est bien cette confusion de sens qui a servi à positiver l’aspect purement cumulatif de la croissance. Plus on s’enfonce dans le mode de production capitaliste, plus progrès et croissance s’imbriquent de telle sorte qu’on a fini par confondre totalement l’aspect qualitatif de l’un et celui quantitatif de l’autre. S’inspirant de l’eschatologie religieuse, l’eschatologie séculière née des Lumières assimile sa fuite en avant sur la ligne du temps à une élévation spirituelle. Le mythe du progrès, en octroyant à l’accroissement des produits une signification quasi-spirituelle constituera la plus grande mystification de l’histoire moderne. La fétichisation de la marchandise et du capital seront la conséquence directe de cette perversion et serviront principalement à éluder les rapports de production. Être magique, médiateur entre le capital investi et le capital reproduit, la marchandise se trouve ainsi élevée au rang de divinité au pieds de laquelle se prosterne toute une société de consommateurs idolâtres en manque, hypnotisés par le roucoulement de la publicité et les leurres de la mode. Le consumérisme, une religion sans transcendance, s’empare du monde et fera les beaux jours d’un productivisme effréné, générateur de plus-value. Telle est la perversion initiée par le mythe du progrès . C’est sans doute la première fois dans l’histoire que l’obsession de croissance fait que la production crée les besoins et non l’inverse.

Le mythe de la croissance exponentielle, un non sens qui ne cesse de désorienter l’humanité depuis deux siècles est en complète contradiction avec l’ordre immuable de la nature où toute croissance est suivie de déclin. C’est ce mouvement cyclique assurant à la fois l’équilibre et la régénération du vivant qui a toujours guidé la sagesse des civilisations anciennes . Or la fureur productiviste dont le parcours endiablé s’accompagne régulièrement de crises de surproduction ne cesse de pousser les nations vers les conflits les plus meurtriers de l’histoire. La dernière crise ne semble pas déroger à la règle.

En vérité, la crise financière de 2008 a été plutôt celle de la politique néolibérale venue au secours de la crise de l’économie réelle de la fin des années soixante dix. A cette époque, pour lutter contre la dégradation des conditions de profitabilité du capital, la solution a été d’intensifier la productivité du travail, tout en freinant voire en bloquant la croissance des salaires réels. En temps de crise, c’est toujours !e recours le plus courant pour maintenir à flot le taux de la plus-value. Une stratégie de démobilisation des travailleurs a alors été mise en œuvre. La hausse du chômage, à quoi s’est ajouté le développement du travail précaire et contractuel en brisant les solidarités auront définitivement affaibli la combativité des travailleurs. Mais cette mise en concurrence des salariés atteindra son comble lorsqu’elle s’internationalise grâce à la libre circulation du capital. Ainsi, dressés les uns contre les autres, les pays du centre et ceux de la périphérie se lancent dans la course au moins disant salarial, fiscal et écologique au profit des banques et des transnationales. Les profits ainsi amassés, faute de pouvoir se transformer en capital productif s’orienteront vers la périphérie ouvrant de nouveaux marchés dans les pays dits <<émergents>>. On assiste en parallèle au développant d’une industrie de luxe destinée à satisfaire une classe privilégiée de plus en plus cossue et en mesure de dilapider une partie de la plus-value qu’elle ne peut investir. Mais l’ultime recours de cette politique néolibérale aura été le développement de la spéculation financière. La plus-value non dépensée tentera alors de se valoriser sous forme de capital fictif. Il s’agit tout simplement de parier sur les variations de la valeur de produits financiers tels que les titres de crédit ou de propriétés, les actions, la monnaie, etc. Cela aboutit à la formation d’une accumulation de capital purement fictif composé de produits dérivés de plus en plus sophistiqués et dont la valeur fictive se gonfle au gré d’anticipations souvent délirantes. Aujourd’hui ces transactions sur les marchés financiers sont colossales et leur volume est plus de vingt fois supérieur au PIB mondial. Cette expansion vertigineuse n’est pas comme on a souvent tendance à le croire seulement le fait d’organismes bancaires mais aussi des multinationales dont 40% des profits proviennent de ce type de transactions.

La dérégulation financière impulsée par les États-Unis et leurs vassaux européens à la faveur de l’OMC, mais aussi à la faveur des machiavéliques «plans d’ajustement structurels» du FMI et de la Banque Mondiale à permis en définitive de concentrer le capital entre les mains d’une ploutocratie mondiale organisée en oligopoles. Géants bancaires, géants de l’industrie et géants de la distribution travaillent souvent en bonne entente et préfèrent parier sur des produits dérivés au grand casino des places financières au lieu d’ investir dans l’économie réelle. La crise actuelle montre cependant que l’enjeu politique majeur du néolibéralisme est celui de la dette; celle-ci a envahi depuis un quart de siècle tous les recoins de la planète. Des sommes énormes sont transférées des débiteurs aux créditeurs à travers le mécanisme d’accumulation des intérêts. A titre d’exemple, la dette des pays du Sud est passé de 70  milliards de dollars en 1970 à 3545  milliards en 2009. Ces pays avaient pourtant remboursé l’équivalent de cent dix fois ce qu’ils devaient initialement. En Europe, le Traité de Maastricht, interdisant aux Banques centrales d’accorder tout type de crédit à leurs propres États, offre par la même occasion ce privilège aux banques privées. Celles-ci rétrocèdent ces mêmes crédits aux trésors publics à des taux beaucoup plus élevés. C’est à partir de ce moment là que le surendettement public entame son escalade vertigineuse partout dans les pays de l’UE. En France, la dette publique avoisine les 2000 milliards d’euros, ce qui représente plus de 90% du PIB alors qu’en 1978 elle atteignait à peine 20% de ce même PIB. L’objectif de cette financiarisation méthodique de l’économie est tout simplement le démantèlement systématique du secteur public que ce soit dans les pays du centre ou dans ceux de la périphérie. La classe politique complice, étranglée par la dette et le service de la dette s’empresse de vendre à ses créanciers les biens publics tout en appliquant une politique d’austérité jetant à la rue des millions de chômeurs. Mais ce capitalisme usuraire ne se limite pas à vampiriser les États. Assoiffé de profit mais cherchant en même temps à stimuler la consommation, il en vient à oublier toute prudence en prêtant à des salariés démunis l’argent qu’il a refusé de leur avancer sous forme de salaires. La crise des prêts hypothécaires subprimesa certes ébranlé le système mais elle est loin de l’avoir désarçonné. La marche en rangs serrés de cette armée d’usuriers dédaigne aujourd’hui de s’engraisser uniquement en exploitant le travail immédiat, elle préfère hypothéquer l’avenir en s’appropriant le futur des peuples et des hommes accablés et culpabilisés par l’accumulation des intérêts de la dette. Victime lui-même de l’illusion qu’il n’a cessé d’entretenir, le capital en position de quasi-monopole se met à croire en son autogamie. De moins en moins productif, il ne vit qu’en parasitant une économie réelle qui n’arrête pas de se désagréger. L’ illusion de la profitabilité crue vient de supplanter le mythe du progrès, cette autre illusion de la croissance exponentielle propre au capitalisme productif. Toutes ces pratiques usuraires érigées en système constituent-elles simplement une fuite en avant d’un capitalisme aux abois ou alors sont-elles les prémisses d’une stratégie concertée visant l’appropriation du monde par une minorité de ploutocrates avares et avides de pouvoir absolu?

Si on jette un regard rétrospectif sur la fin du XIXème siècle on s’étonne des similitudes que cette époque avait avec la notre. La ritournelle mondialiste qui n’arrête pas d’agresser nos sens n’est en réalité que la réplique d’une vieille chanson de ces temps révolus. Tout en fredonnant paix et prospérité universelle, elle rythmait la marche des bidasses en route vers les colonies. Seuls les carnages de la première guerre mondiale ont su la faire taire. Guerre impérialiste par excellence, celle-ci a permis d’effacer les deux vieux empires ottoman et austro-hongrois et de les offrir découpés en petits morceaux aux empires coloniaux. Pendant la deuxième guerre mondiale le rouleau compresseur mondialiste n’a pas réussi malgré l’aide précieuse apportée par l’Allemagne nazie à effacer l’Union Soviétique. Néanmoins cela a permis quand même l’implosion des empires coloniaux français et britannique. Il a fallu patienter encore quelques décennies pour qu’une fois son dernier rival éliminé apparaisse enfin dans toute sa magnificence l’empire unipolaire. Le mondialisme néolibéral n’est donc pas un incident de parcours mais l’aboutissement sinon la continuation d’une logique implacable suivie à la lettre depuis le 19ème siècle mais initiée depuis le siècle des « lumières ».

Rien n’arrête le progrès qui, imperturbable, poursuit sa quête même si des prophètes de l’envergure de Francis Fukuyama nous ont annoncé depuis quelques années déjà le « happy end » de l’histoire. Une fois les empires défaits,Il s’agit maintenant de parachever la dislocation ou alors l’homogénéisation du monde en s’attaquant aux Etats-nations. A l’Union Européenne, on applique la méthode de la mort douce au moyen du surendettement public, provoquant ainsi la faillite des États et la destruction du tissu social. Si la Grèce ouvre la marche, un nombre de plus en plus grandissant de pays de la communauté européenne sont en train de lui emboîter le pas. En Europe de l’Est, la main de l’Empire a été un peu plus lourde lorsqu’il s’est agi de démanteler la Yougoslavie que les accords de Dayton de 1995 ont fini par morceler en six nouveaux Etats. La tentative de déstabilisation de la Russie par la mise en scène des révolutions colorées n’a cependant pas eu l’effet escompté.

Dans le monde arabe et islamique, on aura recours à une recette qui de tout temps a prouvé son efficacité : l’instrumentalisation systématique du religieux ou pour être plus précis du fanatisme religieux. Les britanniques bien avant leurs héritiers étasuniens sont passés maîtres dans l’art de la manipulation. C’est bien en jouant sur le fanatisme sioniste qu’ils ont réussi à implanter cette entité israélienne en plein cœur du monde arabe. Ce sont eux aussi qui de peur des velléités nationalistes arabes du Chérif de la Mecque ont choisi d’installer les Saoud et les wahhabites à la tête de l’Arabie. Depuis, voilà maintenant près d’un siècle, britanniques et étasuniens n’ont eu aucun souci à contrôler les gisements de pétrole et de gaz de la région. L’islam politique qui depuis la fin de la première guerre mondiale rêve du retour du Califat s’est toujours dressé contre tout courant politique nationaliste arabe ou de sensibilité socialiste. Une aubaine pour l’Empire qui va exploiter à fond la naïveté des wahhabites et des frères musulmans pour déstabiliser les régimes baasistes et nasséristes et stopper l’activité des mouvements de gauche au sein du monde arabe. A partir des années 70, l’enseignement puis l’instrumentalisation d’un islam radical est devenue systématique partout dans le monde arabo-islamique grâce aux deniers saoudiens et à la diabolisation de l’URSS qui n’a pas manqué de tomber dans le piège afghan finement dressé par la CIA. La figure emblématique des « moudjahidines » afghans mais surtout arabes défendant l’islam face aux mécréants communistes est glorifiée par tous les médias occidentaux et arabes. Tout un montage médiatique usant des procédés théâtraux de l’identification vont servir à galvaniser les foules enflammées de jeunes islamistes prêts à mourir pour l’Afghanistan. Après l’implosion de l’Union Soviétique l’empire allait disposer d’un corps de combattants fanatisés, une nébuleuse islamiste malléable et manipulable à souhait qu’il s’empressa d’utiliser en Bosnie et en Tchétchénie. Mais le djihad va progressivement assumer un autre rôle, celui de la mise en œuvre de la théorie du « choc des civilisations » si chère aux néoconservateurs. Par un jeu subtil d’identification/distanciation, on creuse encore plus profondément le fossé séparant Occident et monde musulman. Actions terroristes par ci, dénigrements du prophète par là, le tout surmédiatisé et le tour est joué. L’Islam diabolisé vient ainsi remplir le vide laissé par le péril rouge et redonner sa cohésion à un Occident en mal d’identité. Voila que le décor est définitivement planté. Il s’agit alors de partir en croisade contre ce mal plein de menaces. Le coup de World Trad Center tombe à point nommé pour sonner le départ d’une campagne coloniale d’envergure digne du 19ème siècle.

Dans cette mise en scène du « choc des civilisations » Al-Qaïda assure le rôle d’opposant diabolique lorsqu’il s’agit de justifier des invasions comme celle de l’Afghanistan par exemple. Avec l’avènement du « printemps arabe » les « terroristes » ont vite fait de troquer leurs habits d’antihéros contre ceux de révolutionnaires au service de la démocratie. Ils partent avec la bénédiction d’El Karadhaoui et de Bernard Henri Lévy à l’assaut des « mauvaises dictatures », n’hésitant pas à mettre à feu et à sang des pays comme la Libye et la Syrie … le reste ne saura tarder. Ces rôles contradictoires et souvent concomitants prouvent que ces combattants ne sont que des exécutants agissant selon les besoins du moment de l’Empire unipolaire dans sa conquête précipitée du monde. Si le rôle de terroriste sert à apeurer les peuples occidentaux et légitimer de la sorte les invasions, celui de révolutionnaire de « l’hiver arabe » sert à la destruction systématique des États et du tissu social dans ces pays pris dans le tourbillon de toutes ces révoltes immédiatement récupérées. Aujourd’hui, il n’est plus besoin d’engager toute une armée de fantassins pour détruire un pays comme ce fut le cas en Irak. Il est plus subtil et plus rentable d’appliquer une stratégie d’autodestruction en montant les extrémistes sunnites contre les nationalistes arabes, la gauche, les chiites, les alaouites, les coptes et le reste des minorités religieuses. L’objectif est d’instaurer un état de guerre civile permanent s’étendant de l’Afrique du Nord au Golfe. Luttes tribales mais aussi conflits religieux et ethniques finiront bien par décomposer et somaliser l’ensemble du monde arabe. Les frères musulmans, bien structurés et financés par les pays du Golfe n’ont eu aucune peine à se hisser au pouvoir en Tunisie et en Égypte. Ils sont de plus en plus contestés par la rue et les syndicats mais également par une opposition majoritairement ultralibérale et toute aussi compradore, lèche-bottes d’une modernité occidentale à l’agonie. Une fois au pouvoir, les islamistes ont vite oublié leurs beaux discours rassembleurs et tentent par tous les moyens de reconstituer l’absolutisme des dictatures précédentes. Les couches pauvres de la populations de plus en plus misérables se sentant trahies se révoltent alors que les islamistes, aplatis face à l’Occident, sont sommés de poursuivre la même politique néolibérale débridée et de se soumettre aux injonctions de la Banque Mondiale. Alliés objectifs de l’Empire, ils n’hésitent pas à soutenir sa politique dévastatrice au Proche Orient et en Syrie plus particulièrement. Leur attitude sans cesse provocatrice et agressive à l’égard de tous ceux qui s’opposent à eux dans les pays où ils exercent le pouvoir n’arrête pas de faire monter dangereusement la pression et d’instaurer un climat de désordre permanent laissant planer le doute quant à leurs véritables intentions…

Cependant, cette instrumentalisation de l’extrémisme religieux lorsqu’elle embrasse une étendue géographique allant du Maroc jusqu’au Tatarstan au cœur même de la fédération de Russie, elle se transforme tout simplement en arme d’autodestruction massive. Circonscrit au Caucase du Nord, le djihadisme, commence à s’étendre à d’autres régions de la fédération. Il y a quelques jours, La police russe a arrêté à Moscou six membres du parti Hizb al-Tahrir al-Islami. Accusés de prosélytisme radical dans plusieurs mosquées de la capitale, ces derniers étaient en possession d’armes et d’une grosse somme d’argent. Fin août, au Daguestan, le cheikh Saïd Afandi Atsaev, pilier de la confrérie soufie des Naqshabandi a été tué avec six autres personnes par une femme kamikaze. Le 19 juillet dernier, à Kazan, deux leaders musulmans modérés ont été victimes d’une double attaque revendiquée sur YouTube par un certain Marat Khalimov, émir des moudjahidins du Tatarstan. Il semble que l’effet domino si cher aux néoconservateurs a commencé à porter ses fruits après tant d’années de préparation. La mèche allumée en Tunisie et en Egypte, après avoir embrasé la Libye et la Syrie fait saliver l’Empire qui rêve d’étendre l’incendie à l’Asie centrale, à l’Oural et jusqu’au Xinjiang chinois. Zbigniew Brzezinski, dans son livre «Le Grand Échiquier » n’affirme-t-il pas que celui qui tiendrait l’Eurasie serait le maître du monde…pour ajouter ensuite que les États-Unis doivent veiller au respect légitime de la primauté américaine sur cette Eurasie. Tout est dit…

Les islamistes qui en incendiant leurs propres pays contribuent sans hésiter à la réalisation de ce nouvel âge de l’après nationalisme sont-ils assez niais pour croire que cet empire unipolaire va leur permettre de restaurer le califat ? Comptent-ils sur les protestants évangéliques et sur les néoconservateurs pour les aider à réunifier le monde islamique ? Faut-il rappeler à ceux qui l’ont oublié ce qui est arrivé aux «ikhwan» wahhabites, massacrés par les britanniques et les Saoud une fois leur mission remplie ! Cependant l’instrumentalisation du religieux ne concerne pas que l’islam radical. Il semble en effet que les anciens masques idéologiques (civilisateur, humanitaire, démocratique) sont irrémédiablement tombés en désuétude. La manipulation des vieux démons des haines religieuses a beaucoup plus d’impact et forme l’écran idéal derrière lequel s’opère cette nouvelle vague colonialiste globalisante. Ce que nous vivons aujourd’hui, ce n’est nullement « un choc des civilisations » mais « un pseudo-choc des fondamentalismes » islamiste, sioniste et protestant évangélique, tous alliés objectifs de l’Empire en construction. Si les islamistes ont pour mission de détruire les résistances et d’aplanir le terrain, ouvrant ainsi toutes grandes les portes de l’Eurasie aux envahisseurs, les sionistes juifs et chrétiens contribuent quant à eux financièrement à asseoir une gouvernance globale qui si l’on se tient aux divagations d’un Jacques Attali aurait pour capitale mondiale Jérusalem. Il semble que le mythe du progrès en tant que mythe fondateur de l’économie de marché s’est totalement effiloché et qu’il n’est plus en mesure d’entretenir l’illusion de la croissance infinie. On préfère aujourd’hui se réfugier dans des mythes religieux qui privilégient l’élitisme obsessionnel propre au protestantisme et au sionisme. L’oligarchie ploutocratique consciente de l’incapacité du capitalisme productif à lui assurer une quelconque plus-value fait en sorte que les états et les salariés croulent sous le poids des dettes lui permettant ainsi de faire main basse sur l’essentiel des biens publics et privés. Depuis plusieurs décennies des groupes d’influence plus ou moins occultes pilotent discrètement l’économie mondiale(1). Le groupe Bilderberg, la commission Trilatérale, le C.F.R étasunien, la Franc-maçonnerie Internationale et les Illuminatis coopèrent en vue de parachever la formation de blocs continentaux débarrassés de leurs États, nécessaires à la constitution d’une gouvernance mondiale. Le bloc Euro-Atlantique ayant à sa tête le couple germano-étasunien tente d’intégrer Israël et les pays arabes tout en débarrassant ces derniers de toute forme de résistance nationaliste et religieuse. Il s’agit d’affaiblir et de diviser ces sociétés pour leur imposer ensuite une sorte d’islam soft compatible avec les règles du mondialisme. C’est aux frères musulmans qu’échoit cette lourde tâche qu’ils doivent impérativement mener à bien. Après le Vatican II catholique on tente d’imposer un « Vatican II » de l’Islam comme le préconise l’officier étasunien Ralph Peters. Ainsi les deux religions formeront avec le judaïsme une sorte de panthéisme inspiré des lois noachides (2). Cette uniformité spirituelle permettra aux « gentils », une fois les hordes de Gog et Magog anéanties, d’être pris sous l’aile du peuple élu dans le royaume de la fin des temps (3). C’est de cette manière que s’est tissé progressivement cette toile d’araignée idéologique que l’empire exploite machiavéliquement pour parachever ses desseins totalitaires . Le projet sioniste-protestant de conquête de l’Eurasie s’emboite si parfaitement avec le messianisme sioniste et engage les peuples dans une folle confrontation alimentée par les agissements de fanatiques de tout bord sponsorisés par les tenants du mondialisme. Actions terroristes, exacerbation du communautarisme, luttes fratricides dans les pays arabes servent à justifier des guerre prétendument défensives que mène l’empire du bien judéo-chrétien contre les forces du mal. L’offensive qui a commencé avec le déclenchement du « printemps arabe » culmine actuellement en Syrie. Mais à la différence de la Libye, ce pays constitue ce nœud gordien que l’Occident se doit de trancher pour s’emparer de l’Eurasie face à la Russie et à la Chine résolues à s’opposer aux visées unipolaires du bloc Euro-atlantique. Cette contradiction insurmontable est en train d’entrainer imperturbablement le monde vers une quatrième guerre mondiale. Ayant emporté les trois précédentes, l’Occident, sûr de sa bonne étoile, semble être tenté encore une fois par l’aventure. Les majorités silencieuses occidentales abusés par une prétendue méga-identité judéo-chrétienne, manipulées par des minorités agissantes, n’ayant plus subi les affres de la guerre depuis 1945, sommeillent paisiblement, convaincus que ça n’arrive qu’aux autres.

Il importe de rappeler que la Deuxième Guerre mondiale, partie d’Europe, a effacé d’un coup la puissante machine de guerre européenne et a amené toutes les nations dominées d’Asie et d’Afrique à se rebeller et à se libérer du joug colonial européen. Cette nouvelle crise néocoloniale prouve une fois de plus que le capitalisme occidental est incapable de se départir de sa nature prédatrice, Sa cupidité aveugle l’a poussé à se séparer de ce qui a fait sa force et consacré sa domination : le travail. Aujourd’hui, il ne lui reste que ses tonnes de fausse monnaie et une armada juste bonne à répandre la terreur et la désolation à travers la planète. Face à une économie asiatique en pleine expansion grâce à l’appropriation du travail et à la coopération qui unit de plus en plus les pays de ce continent, l’Occident, en poursuivant le projet chimérique Sioniste-Euro-Atlantique s’enfonce dans la violence, ne récoltant que de la violence. Le mal né au 18ème siècle, s’étant transformé en fléau à partir du 19ème, entre aujourd’hui en transe parano-mégalomaniaque. Nemrod, intraitable, n’en démord pas : « Nous arrivons vers l’émergence d’une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin, c’est de LA CRISE MAJEURE et le peuple acceptera le nouvel ordre mondial » dixit David Rockefeller.

Fethi GHARBI


1) http://www.conspirovniscience.com/bilder.php

2) Les 7 lois Noachides :

d’établir des tribunaux, de l’interdiction de blasphémer, de l’interdiction de l’idolâtrie, de l’interdiction des unions illicites, de l’interdiction de l’assassinat, de l’interdiction du vol, de l’interdiction de manger la chair arrachée à un animal vivant.

Selon le judaïsme, tout non-Juif vivant en accord avec ces sept lois est considéré comme un Gentil Vertueux et a, par l’observance de ces lois, sa part au monde à venir. Les adhérents à ces lois sont souvent appelés B’nei Noah (Enfants de Noé) ou Noahides, et peuvent souvent se retrouver dans des synagogues juives.

Il est intéressant de savoir qu’en 1991, le congrès américain a voté la loi 102-14 consacrant ces lois noachides sorties tout droit du Talmud de Babylone et non de l’ancien testament . Il importe cependant de préciser que dans la religion hébraïque les croyants en Jésus sont considérés comme des idolâtres.

3) Appréciez les élucubrations messianiques sionistes qui pullulent sur la toile, ils parait que ces exégètes sont en mesure de nous fournir une carte géographique précise situant Gog et Magog, même si celle-ci sent un peu le gaz et le pétrole. Très instructif :

http://messianique.forumpro.fr/t809-la-bataille-de-gog-et-magog-apres-le-millenium

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens