Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 09:02

Sans-titre.jpg, deux déserteurs d'une Conférence
Mounir BEN AICHA
Titire : Chokri BELAID et Gilbert NACCACHE : deux déserteurs de conscience, deux déserteurs d'une conférence

Auteur de l'article : Mounir BEN AICHA.

L'ISPOR c'est bel et bien "l’Instance supérieure pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique " qui est toujours présidée par Yadh BEN ACHOUR mais qui a changé de nom depuis le 18 janvier 2011 alors qu'elle s'appelait avant cette date "la Commission Nationale pour la Réforme politique" présidée également par Yadh BEN ACHOUR.

Le 22 mars, lors de la deuxième réunion du Conseil de l'Instance supérieure pour la réalisation des objectifs de la révolution ( I.S.P.O.R.) un membre présent de ce Conseil, avait quitté la conférence en signe de protestation : il s'agissait d'un tunisien de confession juive, le nommé Gilbert NACCACHE.

Gilbert Naccache savait tout ce qui se passaitau sujet de l'ISPOR. Malgré cela, Gilbert NACCACHE animé d'un esprit révolutionnaire, avait assisté à la première réunion du 17 mars 2011 ainsi qu'à la deuxième réunion du 22 mars 2011 du Conseil de l'ISPOR.

Néanmoins, au cours de cette deuxième réunion du 22 mars 2011 du Conseil de l'ISPOR, la goutte avait débordé le vase et Gilbert NACCACHE ne pouvait plus supporter sa présence au sein du Conseil de l'ISPOR notamment lorsqu'il avait constaté que le Président du Conseil de l'ISPOR , le nommé Yadh BEN ACHOUR avait décidé que les débats et travaux du Conseil de l'ISPOR du 22 mars 2011 allaient se dérouler à huis clos, c'est-à-dire en toute discrétion, sans la présence des journalistes.

C'est alors que Gilbert NACCACHE, ce tunisien de confession juive n'avait plus la conscience tranquille. Il s'est senti gêné et suivant son réflexe révolutionnaire, il a préféré quitter la réunion du Conseil de l'ISPOR du 22 mars 2011.

A sa sortie, des journalistes ont demandé à Gilbert NACCACHE la raison de sa désertion de la réunion et Gilbert NACCACHE avait répondu ainsi : " Avec tous mes respects, je n'en veux pas d'un débat privé"(...)"il faut un dialogue ouvert avec le peuple où les médias doivent assurer un rôle de premier plan ".

lI est à rappeler que Gilbert NACCACHE est un militant au sein du" Conseil National pour la Protection de la Révolution" tunisienne ainsi que du "Front du 14 janvier"

En effet, on ne comprend pas la raison de Yadh BEN ACHOUR d'avoir décidé le huis clos des travaux du Conseil de l'ISPOR !

Est-ce que Yadh BEN ACHOUR avait peur que le peuple tunisien ne sache ce qu'il était entrain de faire à l'égard de la révolution tunisienne du 14 janvier, préférant ainsi cacher ses débats et ses travaux ? En tout cas, c'est là une preuve que les choses au sein du Conseil de l'ISPOR ne se déroulent pas d'une manière normale mais vont dans le sens de la récupération de la révolution du peuple tunisien et il n'y a pas de fumée sans feux...!

Déjà, les deux réunions du conseil de l'ISPOR présidé par Yadh BEN ACHOUR se sont déroulées dans un climat de protestation où des membres de ce Conseil ont reproché à Yadh BEN ACHOUR, d'avoir sélectionné à sa guise et à sa façon les membres du Conseil de l'ISPOR, sans aucune consultation des représentants du peuple tunisien tout en soulignant également l'absence au sein de ce Conseil de l'ISPOR , des représentants du peuple tunisien figures de la Révolution du 14 janvier.

D'ailleurs, durant le déroulement de ces deux réunions du Conseil de l'ISPOR au siège du Conseil Economique et Social de Tunis, le peuple tunisien était venu devant ce siège manifesté son mécontentement à l'égard de l'ISPOR de Yadh BEN ACHOUR l'accusant de bien vouloir détourner la révolution tunisienne de ses objectifs fixés par le peuple tunisien...

Et Gilbert NACCACHE, ce tunisien de confession juive a préféré ce jour du 22 mars 2011, rejoindre le mécontentement du peuple tunisien à l'égard de l'ISPOR tout en s'exprimant parfaitement en Arabe, assurant de sa solidarité avec le peuple tunisien.

En effet, Gilbert NACCACHE ce tunisien de confession juive , maîtrise parfaitement la langue Arabe car étant natif de la Tunisie, ses ancêtres aussi le sont depuis des siècles et des siècles, n'est-ce pas le juif tunisien, c'est aussi un tunisien juif, un sémite, c'est aussi un arabe dès lors qu'il est imprégné de cette culture arabe....

Sans rentrer dans les considérations politiques plus larges, n'est-ce pas l'Arabe et le Juif sont des sémites, des descendants d'Abraham ?

Également, le 17 mars 2011 lors de la première réunion du Conseil de l'ISPOR, un autre membre du Conseil de l'ISPOR avait réagi de la même manière que Gilbert NACCACHE : il s'agissait de Chokri BELAID qui s'est retiré de la réunion en signe de mécontentement à l'égard de la composition du Conseil de l'ISPOR ainsi que de son Président Yadh BEN ACHOUR

Il est à rappeler que Chokri BELAID est signataire du "front du 14 janvier" et également signataire du "Conseil National pour la protection de la Révolution".

En désertant la réunion du 17 mars 2011, Chokri BELAID s'est adressé à Yadh BEN ACHOUR, le président de l'ISPOR en lui disant "Nous ne voulons pas être un miroir aux alouettes".

Sans rentrer dans les considérations religieuses, Chokri BELAID, ce musulman ,et Gilbert NACCACHE, ce juif , tous les deux ont eu quelques choses en commun au sein du Conseil de l'ISPOR présidé par Yadh BEN ACHOUR à savoir : la défense d'une révolution répondant aux revendications du peuple tunisien.

Est-ce là un message suffisant qui serait adressé à Yadh BEN ACHOUR pour qu'il accepterait désormais de :

1- refaire une liste des membres du Conseil de l'ISPOR en consultation avec les représentants du peuple tunisien

2- de ne pas s'emparer de la rédaction des projets de textes uniquement par la Commission des Experts de l'ISPOR mais d'accepter de rédiger ces projets de textes conjointement avec les membres du Conseil de l'ISPOR qui doivent avoir une part active dans cette rédaction

3- de procéder au vote de ces projets de textes non pas à la majorité simple des participants mais en retenant une majorité des participants reflétant d'une façon unanime les représentants défenseurs des revendications de la révolution du peuple tunisien

4- d'ouvrir le débat des travaux du Conseil de l'ISPOR aux journalistes pour que le peuple tunisien soit informé des travaux du Conseil de l'ISPOR, car ces travaux sont très importants pour l'avenir politique du peuple tunisien, et de ne pas rechercher à récupérer la révolution du peuple

5- de ne pas communiquer, tout projet de textes au Conseil des Ministres présidé par Fouad M'BAZZAA en vue de son adoption sous forme de décret-loi, sans qu'il y ait à ce sujet le consentement unanime des membres du Conseil de l'ISPOR

Fait par : Mounir BEN AICHA
le 24 mars 2011.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens